+ Almost Pretty + …blog mode, art, creation, couture, do it yourself, états d'âme…

: Des aiguilles et de l’encre

+ Addicted to tattoo +

Tatouage…quand tu nous tiens… 
Alors que je n’ai pas encore terminé mon dos, me vient déjà l’envie d’en faire de nouveaux ailleurs…
Je dois bien me l’avouer, c’est une addiction. Et alors…à chacun sa faiblesse. 
Voici quelques tatouages qui sauraient me faire envie…



Même Tattoo pour 2 sœurs jumelles



Bien que pour celui-ci, on est pas loin du supplice des chatouilles, ;)



+…A+

Share Button

+ Un peu d’encre et beaucoup d’amour +

De l’amour, de la tendresse, de l’encre et des tattoos… Joyeuse Saint Valentin à tous!







+…A+


Share Button

+ Rose des vents +

 
Bientôt un nouveau tatouage…
Intérieur de mon bras gauche…
Un flot d’idée pour un tatouage au sens particulier. Il trotte dans ma tête depuis la naissance de Gabriel (mon premier) mais il restait jusque là plutôt flou. Puis Sacha (mon deuxième) est arrivé et l’envie s’est montrée plus pressante…et enfin…

 

L’idée étant de remplacer les points cardinaux par les initiales de Gabriel et Sacha ainsi que leur date de naissance respectives, puis je le complèterais à chaque étape importante. 
Pourquoi l’intérieur de mon bras?… pour pouvoir le voir tous les jours et l’avoir au près de mon cœur.

Je vais me mettre à gribouiller un peu, histoire que ce soit exactement comme je me l’imagine.

+…A+

Share Button

+ Life Under My Skin +

Laissez moi vous présenter un nouveau venu dans ma bibliothèque…

Anna Mazas 
Coédition MkF & Diesel 
Septembre 2011 
www.conti.bigcartel.com
+++
Symboliques ou purement esthétiques, tout à la fois ostensibles et profondément personnels, les dessins d’encre sur la peau révèlent le rapport singulier du tatoué à son tatouage. 
A travers l’oeil de photographes, 40 personnalités se racontent et témoignent de leur relation à cet art si particulier, 
cette peinture sur le vivant. 
A la manière de journaux intimes ouverts sur le monde, ces tatouages expriment tous, à leur manière, une vision de l’homme et de son corps.
+++
Et voici un avant-goût en image…

Au-delà de l’aspect esthétique, ces tatoués nous dévoile à travers cet ouvrage, leur intimité partagée avec cet art un peu à part et la démarche qui les a conduit à cet acte. 
J’adore…
+…A+
Share Button

+ Pretty legs +

  
Après les bras ce sont les jambes tatouées qui sont à l’honneur ce soir…
C’est une zone où moi-même je ne m’y risquerais pas, à mon goût il faut avoir de très jolie guiboles pour se le permettre (fine ou ronde peu importe tant qu’elles sont lisses et sans défaut…ce qui est loin d’être mon cas!)

Bref voici de bien joli tattoo sur de bien jolies gambettes!

 
 
 

 

 
+…A+
Share Button

+ The girl with the tattoo +

 
J’en parle souvent et pour une fois je laisse la parole à d’autres…
Le magazine N.E.E.T a interviewé 4 blogueuses tatouées pour comprendre leur choix et leur parcours respectif qui les a conduites à passer à l’acte.
Je lis souvent le blog de Coline et j’avais déjà pas mal flashé sur ses tatouages, c’est l’occasion pour moi d’en savoir plus sur sa démarche…

J’aime à croire que cet art est rentré dans les mœurs mais finalement les aprioris n’ont que peu où pas évolué et il garde encore cette étiquette de « mauvais genre » bien que ce soit une démarche complètement personnelle et un mode d’expression à part entière.

+…A+

Share Button

+ Et…cris moi sur le bras +


Le tatouage sur le bras est un acte bien plus assumé que les tatouages sur le reste du corps (moins que sur le visage mais là on passe du côté extrême).
C’est une des rares parties du corps qu’il est difficile de camoufler mais surtout car nos bras jusqu’à leurs extrémités sont les parties que nous utilisons le plus au quotidien. 
C’est donc ce que les autres remarquent, regardent le plus et c’est aussi ce que nous voyons le plus de nous-même.
A mon sens c’est une des façons les plus franches de porter un tatouage, moi par exemple les miens sont dans mon dos, je ne les vois pas tout au long de la journée, je n’ai pas peur de m’en lasser, il ne sont qu’à moi, je peux les protéger du regard des autres et c’est une forme de timidité ou plutôt d’intimité.
Mais plus je croise ces personnes arborant leur(s) tatouage(s) avec tant de naturel et de fierté j’en suis admirative, c’est un choix de vie comme un autre, il n’est pas question de s’intégrer dans un genre en particulier simplement d’être soi-même tel qu’on se voit mais surtout tel qu’on se ressent.
 
 
Alors il se peut qu’un jour, il me vienne l’envie de crier à tout le monde ma passion pour l’encre en me faisant écrire sur le bras…

+…A+
Share Button

+ A fleur de peau +

 

Le tatouage…sujet important pour moi, sans doute à mes yeux c’est un mode d’expression de soi, une sorte d’exutoire et un moyen de s’approprier son corps. Chose qui n’est pas évidente pour tous.
Je suis plutôt introvertie, je garde très souvent mes émotions dans un coin de moi (entre ma tête et mon cœur je ne sais pas vraiment) et parfois s’est important que je fasse sortir le trop plein en franchissant une étape et en la gravant sur ma peau pour ne pas oublier qui je suis.
Oui je sais c’est très cérébral comme approche, enfin je me dis qu’il vaut mieux y trouver un sens et avoir une motivation profonde, car c’est quand même pour la vie. C’est un engagement et ça marque dans le temps un instant de notre vie, comme une cicatrice.
J’aime bien observer les tatouages des autres, la manière dont ils les portent et les assument, ce qu’ils racontent…


Je me suis fixée sur des photos en noir & blanc pour cette fois car c’est pas ce qui me manque les photos de tattoos mais j’ai envie d’en garder pour la suite, d’aborder différents thèmes plus ou moins récurrents dans le tatouage féminin.
Ce que j’aime dans ces photos c’est que toutes ces femmes sont différentes mais chacune d’elles expose leur sensibilité propre à fleur de peau…


Quand à moi, c’est pour le 2 Août que ça commence…
Mais c’est une autre histoire…
+…A+
Share Button

+ Des aiguilles…& de l’encre +

A 17 ans j’ai fait mon premier tatouage, une raie manta sur le pied droit. Il n’était pas vraiment prévu, j’étais rentrer dans le salon pour un tatouage sur la chute des reins, finalement je l’ai fait 1 mois plus tard. Puis l’année suivante c’est un ange que j’ai fais graver sur mon épaule gauche…le temps a passé…4ans à peu près…j’ai rencontré Y et j’ai ressenti le besoin de faire inscrire cette étape sur mon corps et un nouvel ange est venu compléter le premier dans le haut de mon dos.
Encore 4 années se sont écoulées, mon fils est né… et depuis un moment maintenant, l’irrépressible envie me reprend. Et Mercredi 29 Juin j’ai rendez-vous pour dans premier temps illustrer mon dos avec du feutre pour visualiser ce que sera mon nouveau corps. C’est mon histoire que je raconte sur mon corps en illustrant des étapes de ma vie.
C’est une sensation grisante, c’est un exutoire, je suis comme la plupart des gens je n’aime pas avoir mal, mais la douleur que je ressens quand l’aiguille me pique est différente, c’est l’étape indispensable qui permet de s’approprier le dessin comme si il avait toujours fait partie de ma peau. C’est une décharge d’adrénaline, une montée d’angoisse et d’euphorie au son de la machine…
L’idée de ce nouveau tatouage m’obsède, j’ai déjà le dessin, mais le style du tatoueur rentre en compte et j’appréhende un peu car je ne veux pas dénaturer ce que me fait ressentir cette image. Surtout que le défi ne s’arrête pas là, il se trouve que le tatouage que j’ai dans le bas du dos a mal vieilli donc on doit trouver une solution pour faire un covering propre et qui s’harmonise avec le dessin de départ.
 Voilà celle qui va m’accompagner le reste de ma vie, et merci à l’illustratrice Courtney Brims pour son talent et sa façon de mêler le rêve et la poésie à ses dessins, cette œuvre exprime beaucoup de chose pour moi…
+…A+



Share Button
Back to Top